SOCIALISTES & EUROPÉENS

Eric Andrieu : Il faut pénaliser le tourisme fiscal en Europe

0 commentaire Le par

Eric Andrieu

Question – Avec quel argent financer les investissements créateurs d’emploi ?

Eric Andrieu – Je me bats pour augmenter et orienter le budget européen vers les investissements porteurs de croissance et d’emplois. Nous voulons développer de nouvelles ressources : obligations européennes dédiées à des projets, taxe sur les transactions financières, taxe carbone aux frontières… Les fonds structurels et la Banque européenne d’investissement (BEI) peuvent aussi financer des grands projets. Lutter contre la fraude fiscale -1 000 milliards d’euros- nous permettra encore d’augmenter les financements. Si nous obtenons une majorité le 25 mai, nous pourrons avancer sur ces points !

Q – Comment lutter contre les excès de la finance et de l’évasion fiscale en Europe ?

EA – Le secteur financier doit contribuer au coût de la crise. Nous avons commencé à réguler la finance et les banques, mais il faut étendre à toute l’Union la taxe sur les transactions financières pour pénaliser la spéculation du capitalisme-casino. Nous devons interdire le tourisme fiscal des multinationales qui s’installent en « passager clandestin » là où elles sont le moins taxées ou dans les paradis fiscaux. Ces évasions fiscales sont des pertes sèches pour les États. C’est intolérable ! L’Union doit stopper ce dumping fiscal et ces méthodes de voyous en faisant payer aux entreprises des impôts là où elles réalisent leur profit.

Q – Comment impulser une nouvelle agriculture sociale et écologique ?

EA – La PAC doit être réorientée pour permettre le maintien d’une diversité d’agricultures compétitives et durables sur les territoires et notamment dans les régions les moins prospères, dont le Sud-Ouest fait partie. Cela passe par une distribution plus juste et équitable des aides entre producteurs et plus particulièrement vers les éleveurs et les petites exploitations. Ces aides doivent aussi promouvoir un développement durable et favoriser des nouveaux modèles de production. Enfin, les marchés doivent continuer à être régulés pour assurer le revenu des agriculteurs.

Consultant en développement local et conseiller en affaires européennes, Eric Andrieu est devenu député Européen en 2012. Il a été conseiller général de l’Aude de 1988 à 2004, puis conseiller régional du Languedoc-Roussillon. Membre titulaire de la commission agricole et développement rural, il défend la viticulture et a porté la vision des progressistes durant les négociations autour de la prochaine Politique Agricole Commune (PAC).

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Le choc est terrible. Mon premier sentiment est une tristesse profonde. Tristesse pour l’Europe, tristesse pour la France, tristesse pour la
Le par
A peine terminées les élections municipales qui nous ont fortement ébranlés, voilà les élections européennes qui s’annoncent devant nous. J’ai une pensée
Le par

Les derniers contenus multimédias