SOCIALISTES & EUROPÉENS

Budget européen: c’est de l’avenir de l’Europe dont il est question.

0 commentaire Le par

http://www.eutrio.be/files/bveu/media/source1854/images/euro2_bveu.jpg

L’Europe est à un tournant. Chahutée par la crise, attaquée dans ses fondements –notamment l’euro- en proie aux divergences, menacée de délitement…Il y a urgence à redonner du sens au projet européen car la crise nous l’aura démontré: nous avons besoin de plus d’Europe ! C’est ce qu’a plaidé F. Hollande devant le Parlement européen le 5 février, en délivrant une vision courageuse de l’Europe politique, au service de la croissance et de l’emploi, sans pour autant se soustraire aux contraintes budgétaires.

Si cette ambition a été saluée sur tous les bancs, c’est pourtant une orientation qui privilégie l’austérité au détriment des investissements que les dirigeants conservateurs ont voulu traduire dans le budget 2014-2020. Allant au bout d’un rapport de force défavorable, le gouvernement a joué de pugnacité pour obtenir des avancées et préserver nos intérêts nationaux. Les principales politiques communautaires sont maintenues, la PAC[1] notamment, avec 1,3mds € de plus pour le développement rural, de même que la politique de cohésion qui, vise avec les fonds structurels, un soutien équilibré entre territoires. Revendication forte du PSE[2], un fonds de 6mds € pour l’emploi des jeunes est crée. Enfin, l’Aide alimentaire est sauvegardée et la réduction prévue minimisée à 2,5mds €. Elle sera intégralement compensée par l’Etat pour préserver les capacités d’action des associations.

Si un compromis a ainsi pu être trouvé dans un contexte difficile, ce budget ne répond pas à une question essentielle: « Où va l’Europe ? ». Avec seulement 960mds € sur 7 ans, soit 1% du PIB[3] européen, il ne permet ni de relancer la croissance, ni de créer des emplois ni même de pousser plus avant la construction européenne. Reposant à 75% sur les contributions nationales, il est directement impacté par les contraintes budgétaires des Etats et intimement lié aux intérêts propres de chacun, souvent au détriment d’une vision européenne.

La main est désormais au Parlement européen, fortement mobilisé. Les socialistes y portent trois revendications: une certaine flexibilité budgétaire pour permettre de modifier la répartition des crédits en fonction des besoins sur la durée; une clause de révision sous 2 ans afin de s’adapter aux évolutions économiques et sociales; la mise en œuvre de ressources propres, seules à même d’augmenter la marge budgétaire et de dissocier la politique européenne des contraintes nationales.

L’Europe doit pouvoir compter sur les militants socialistes, pour refuser la vision réductrice qu’imposent les dirigeants conservateurs européens. Une autre Europe est possible. F. Hollande en a dessiné les contours. Les socialistes européens la portent. Il nous revient de nous mobiliser pour susciter un sursaut dans l’opinion. Ce sera l’enjeu majeur des élections européennes de 2014 mais dès aujourd’hui, c’est de l’avenir de l’Europe dont il est question.

Anne TOUSCHE


[1] Politique Agricole Commune

[2] Parti Socialiste Européen

[3] Produit Intérieur Brut

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

600 militants activistes du PSE étaient réunis à Prague pour le Congrès Parti des socialistes européens. Le City-Group PSE Toulouse Haute-Garonne était représenté par Claire Thuriès et Miguel Vinuesa. Ce
Le par
La réunion du City-Group PSE Toulouse Haute-Garonne sur le thème du désenclavement du Sud-Ouest européen a eu lieu le vendredi 4 novembre 2016 à 19h00 à la salle Jean Jaurès
Le par

Les derniers contenus multimédias