SOCIALISTES & EUROPÉENS

Intervention de Denis Sarraquigne

0 commentaire Le par

Chers amis, chers camarades,

Je suis très heureux et très honoré de vous accueillir aujourd’hui aux Tourreilles pour fêter l’Europe. Kader, tu as commencé ta campagne, ici aux Tourreilles.. Je ne suis pas chargé de faire les remerciements, puisque c’est le rôle aujourd’hui de Noel. Mais je tiens quand même à remercier particulierement les camarades de la section de Montréjeau et son secrétaire, Noel Larqué, qui ont participé à l’organisation de cette manifestation, et qui se sont énormément investit pour la réussite de cette journée. Je voudrais aussi remercier Hugues Bernard le président de la commission Europe et saluer à travers lui tout le travail réalisé par ce groupe hyperactif. Sébastien, c’était un pari osé de la fédé de lancer ce rassemblement autour de l’Europe, pari réussit grâce à vous qui êtes venus nombreux aujourd’hui.

Vous avez choisi pour fêter l’Europe une petite commune rurale, et c’est un symbole fort de votre part. On reproche, en effet, souvent à l’Europe son manque de proximité. Et plus on s’éloigne des grandes métropoles, plus l’Europe parait lointaine pour nos compatriotes qui se sentent peu concernés par celle-ci. Alors, pourquoi cette distance avec l’institution européenne ?

Je crois que c’est notre camarade Roumain qui disait ceci lors du meeting de Toulouse : « on dit que l’Europe est mal comprise des citoyens, c’est faux, en réalité on n’explique pas l’Europe aux citoyens ».Ce manque d’information en France nous le retrouvons partout, à l’école, dans les médias, dans les instances publiques, dans les partis politiques aussi, il faut bien l’avouer.

Prenons l’exemple de la journée du 9 mai. Combien de nos concitoyens savent-ils que le 9 mai est la journée de l’Europe ? Et parmi ces personnes, qu’elles sont celles qui peuvent expliquer à quoi correspond la date du 9 mai ?

Demandez à vos enfants s’ils sont appris la journée de l’Europe à l’école !

Aujourd’hui toutes les mairies sont pavoisées aux couleurs nationales pour commémorer le 8 mai 1945, mais combien ont-elles mis le drapeau de l’union européenne pour célébrer le 9 mai ?

Hier, comme tous les maires, devant le monument aux morts du village, j’ai lu le message du secrétaire d’état aux anciens combattants. Mais pour le 09 mai, il n’y a aucun message officiel, aucune demande pour organiser des cérémonies. Pourtant, le 09 mai, est une des dates les plus importantes de notre histoire contemporaine.

C’est en 1985, à Milan, que le conseil européen, avec François Mitterrand comme chef d’état, a choisi de commémorer la « déclaration Schuman », considérée comme l’acte fondateur de l’union européenne.

Le 9 mai 1950, sur proposition de Jean Monnet, Robert Schuman présente son projet relatif à une organisation de l’Europe, indispensable au maintien de relations pacifiques.
Cinq ans seulement après la fin de la 2me guerre mondiale, R Schuman propose une alliance d’un genre nouveau avec l’ennemi d’hier : la mise en commun des productions de charbon et d’acier de la France et de l’Allemagne. Rejoints ensuite par l’Italie, autre ancien ennemi, par la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg.

Ce projet prévoyait de créer une institution supranationale chargée de gérer les matières premières qui étaient à l’époque la base de toute puissance militaire, et cela, alors même que ces pays venaient à peine de se déchirer dans un conflit épouvantable, laissant derrière lui d’innombrables ruines matérielles et morales, avec leur lot de haines, de rancunes et de préjugés.

L’intégration de l’Europe ne peut se construire en quelques jours ni même en quelques décennies. D’autant que l’entreprise amorcée au lendemain de la seconde guerre mondiale est sans précédent dans l’histoire.

Il s’agit en effet de bâtir une Europe qui respecte la liberté et l’identité de chacun des peuples qui la composent, tout en appliquant le principe selon lequel ce qui peut-être mieux fait en commun doit l’être. Car seule l’union des peuples peut garantir à l’Europe la maitrise de son destin et son rayonnement dans le monde.

Je vais vous lire un petit extrait de la déclaration Robert Schuman : « La paix mondiale ne saurait être sauvegardée sans des efforts créateurs à la mesure des dangers qui la menacent. La contribution qu’une Europe organisée et vivante peut apporter à la civilisation est indispensable au maintien des relations pacifiques. L’Europe n’a pas été faite, nous avons eu la guerre. L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble : elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord une solidarité de fait. Le rassemblement des nations européennes exige que l’opposition séculaire de la France et de l’Allemagne soit éliminée ».

À la lecture de ce texte, on peut comprendre toute l’émotion de notre camarade et président du groupe socialiste au parlement Martin Schultz pour le lancement de la campagne européenne à Toulouse, ce rassemblement de tous les partis socialistes et sociaux démocrates qui nous à donner l’espoir et le rêve du renouveau de l’internationale socialiste.

Aujourd’hui en fêtant la journée de l’Europe nous fêtons avant tout la journée de la paix, de la paix retrouvée, et de la paix à consolider.

La prochaine étape de la construction Européenne sera l’Europe citoyenne. « Citoyen d’abord ». Et seule une majorité socialiste au parlement européen sera capable de porter cette ambition. Alors, chers camarades, chers amis, le 07 juin voter et faite voter pour la liste conduite par Kader Arif pour laisser à nos enfants et petits enfants, une Europe pacifiée, prospère et solidaire.

Merci.

Denis Sarraquigne,
Maire des Tourreilles.

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Les haut-garonnais célèbrent l'Europe !   Le samedi 1er juin, les Tourreilles (près de Montréjeau) seront à l'heure Européenne, avec la Fête de l'Europe organisée par la Fédération
Le par

Les derniers contenus multimédias